Epona, la déesse

Selon le dictionnaire latin-français, « Gaffiot », Epona était la déesse celte protectrice des chevaux, des ânes et des mules. Le préfixe grec : « épi »  signifiant « sur », la déesse Epona protégeait aussi ceux qui montaient les chevaux, les ânes et les mules. Elle protégeait enfin les objets transportés à dos de cheval et notamment les missives (courrier + bouche àLire la suite « Epona, la déesse »

Epona, pour moi, c’est…

Epona c’est pour moi, nouvelle adhérente, la découverte d’une association au nom d’une divinité gauloise que j’affectionne particulièrement. Juchée sur sa monture elle a su traverser les siècles de la fin de l’Age du fer à l’apogée du monde romain en conservant un aspect sobre et discret. Le plus souvent solitaire, la petite cavalière aLire la suite « Epona, pour moi, c’est… »

Epona, pour moi, c’est…

« Le point de conjonction de la réalité et des fantasmes d’un terroir- Celui du Gâtinais de l’est sous la protection de la déesse éponyme… Autrement dit, c’est la restitution ou l’obtention d’une identité propre, vitale pour celles et ceux qui y sont nés ou y ont élu domicile quand la mondialisation tend à l’uniformisation desLire la suite « Epona, pour moi, c’est… »

Epona, pour moi, c’est…

« Pour moi, Epona est le magazine d’une association qui rassemble des habitants et des amis de l’Ouanne et du Gâtinais.

Pour les Celtes, il y a environ 2 600 ans, Epona était la déesse des voyageurs et des messagers.

Forte de son réseau de chemins, de rivières, de relais et de fibre, l’e-pona moderne symbolise Internet car elle ouvre la porte au télétravail, au télé-enseignement et aux télé-relations. Ce mouvement devra se développer dans nos vallées et sur nos plateaux si l’on veut que notre pérénnité économique et notre identité soient assurées durablement.